Gévrise Émane, se transformer en combattante

Interview réalisée le 14/09/22 par Thérèse Lemarchand, CEO Mainpaces.

Gévrise Émane, la construction d'une championne

Bonjour Gévrise, vous venez d’avoir 40 ans cet été, et vous êtes triple championne du monde et médaillée olympique de judo. Quelles ont été les étapes clé de ce palmarès exceptionnel ?

J’ai découvert le judo à l’âge de 12 ans, ce qui est assez tard, grâce à mon professeur d’EPS qui était aussi professeur de judo. A partir de là, c’est allé vite, j’ai été médaillée sur un championnat de France junior quelques années plus tard et j’ai aussi passé les ceintures très rapidement. Probablement du fait de qualités physiques supérieures à la moyenne, mais aussi grâce à une grande capacité d’apprentissage et de travail.

Je suis une travailleuse, et je pense que le judo, et le sport en général, sont venus révéler ça, et renforcer cette capacité à pouvoir engranger les sciences et techniques que les professeurs m’apprenaient, sans trop rechigner.

Je pense que ça a été une vraie force, et encore plus quand j’ai intégré l’INSEP en 2001 à 18 ans. Ce qui est original ici est que c’est une demande que l’on m’a faite. Normalement on postule, la demande vient du sportif. J’ai fait un pacte moral avec mes parents pour continuer mes études jusqu’à la licence, et d’un commun accord j’y suis allée.

Là c’était la deuxième étape, et je suis passé au niveau supérieur en tout, en terme de charge de travail, en terme de réflexion sur l'activité. Avant j’étais plutôt dans le jeu, là j’ai découvert que ça pouvait être un parcours, et j’ai construit une carrière de sportive.

Ce n’était pas facile, je suis passée de deux entraînements par semaine à des entraînements bi-quotidiens, tout en continuant ma licence de droit.

J’ai fait preuve de patience, car il faut être extrêmement patient pour développer toutes les compétences techniques, mentales, technico-tactiques, intégrer le modèle de performance, la diététique. J’ai incorporé tout cela, et les premiers résultats sont arrivés finalement rapidement en 2002, lors d’une compétition internationale où je suis arrivée 3ème. 

J’ai eu mon premier vrai gros résultat en 2003 sur le Paris Grand Slam, qui est l’un des plus gros tournois au monde dans le circuit international de judo, et ça a été un déclic. Je suis arrivée 3è en battant des filles beaucoup plus médaillées que moi, et plus anciennes sur le circuit.  

Ça a été une compétition de référence : j’ai compris dans quel état je devais être pour pouvoir performer en compétition. J’ai été accompagnée pour comprendre ce que j’avais fait avant la compétition, 2 jours avant, le jour d’avant très concrètement, qui j’avais vu, quelle musique j’avais écoutée, ce que l'entraîneur m’avait dit, avait vu, quelle dynamique j’avais sur le tatamis…

Tout cela m’a permis d’identifier quelle judoka j’étais pour pouvoir réitérer l’exploit. Je me suis donnée l'objectif de l’être tout le temps, dans toutes les compétitions.

Là j’ai décidé d’être sportive de haut niveau et de gagner une médaille olympique.

J’ai goûté à la joie de la victoire, de l’explosion.

Gévrise Emane tenue de judo
© Rafal Burza

J’ai eu un autre déclic aux JO d’Athènes, où je n’étais pas sélectionnée mais où j’étais présente en tant que sparring partner. J’y ai donc accompagné les équipes filles et garçons, je servais de partenaire, et je regardais la compétition. Et là je me suis dis, les Jeux, c’est quelque chose de malade.

On est très sportifs chez les Emane, on regarde beaucoup les Jeux, les tournois et championnats, j’avais déjà été impressionnée par la capacité des athlètes à se dépasser. Et c’est cela que j’ai vu et vécu lors de ces Jeux. Rien que le fait d’avoir l’intention de gagner, de le montrer, et de l’exprimer avec tout son corps, j’ai trouvé ça hyper fort.

Enfin ce qui a construit mon parcours ont été les victoires, mais aussi les échecs. Quand je suis arrivée à mes premiers JO en 2008 à Pékin, j’avais tout gagné. J’arrive à Pékin avec une boule d’excitation positive dans le ventre, et je perds au 1er tour sur une espagnole, qui était très rude mais que je pouvais battre. Cela a été catastrophique pour moi, j’ai été plus que peinée, et il m’a fallu du temps pour récupérer.

J’ai pris le temps de réfléchir à quelle athlète je voulais être. Est-ce que je voulais continuer le judo ? Je pleurais en compétition même si je gagnais, j’avais du dégoût. J’ai fait un très gros travail psychologique d’introspection, sur qui j’étais en tant qu’individu, ma place dans la famille, pourquoi le sport, pourquoi le judo, qu’est ce que cela m’apportait, quelle sportive je voulais être. J’en suis arrivée à la conclusion que je n’en n’avais pas fini avec moi-même, et que j’avais pour ambition d’aller plus loin et de chercher le titre qui me manquait. Je me suis dit “plus jamais comme à Pékin”, et j’ai engagé un gros travail de transformation.

En 2008 pour pouvoir survivre dans cette période qui était très difficile pour moi, j’ai changé de catégorie de poids. Les gens ont beaucoup interprété ce changement, ils ne se rendaient pas compte à quel point ces Jeux avaient été difficiles pour moi, et à quel point j’avais besoin de pouvoir me lancer des défis. Je suis une femme de défis. Je n’étais pas capable de réussir en moins de 70 kg ? J’ai changé de catégorie de poids en 2009 et je suis descendue en moins de 63 kg.

Gévrise Émane, se préparer au combat : s'entrainer et se conditionner

Comment vous-êtes vous entraînée pour en arriver là ? Il y a toute la partie physique, technique de combat, technico-tactique, mais le judo est un art martial et un sport de combat dans lequel la force mentale est aussi essentielle, comment rassemblez-vous les deux ?

Les entraîneurs ont l’habitude de dire “nous le mental, on le travaille sur le tapis”. C’est vrai, mais pas tout le temps 🙂

Je travaille donc aussi avec la préparatrice mentale, que je vois de façon régulière mais à des fréquences non déterminées, quand j’en ressens vraiment le besoin avec un premier travail de fond qui a déjà été fait. 

Mon approche est d’abord de travailler seule, et quand je n’y arrive pas je vais chercher l’aide, j’appelle à l’aide, à l’aide !! Ca vient beaucoup de mon éducation aussi, on est comme ça chez les Emane, nos parents nous ont toujours dit, d’abord tu cherches, et ensuite si tu ne trouves pas, tu nous appelles.

Je travaille aussi beaucoup le mental sur le tatamis, notamment dans cette transformation de qui je suis : la Gévrise au quotidien, qui est cool, tranquille, sympa … et la Gévrise sur tatamis qui doit se transformer en combattante. 

En judo on combat, à la différence d’autres sports comme le tennis, le volley, on n’emploie jamais le mot jouer, ce n’est pas un jeu. Donc il fallait que je devienne combattante, conquérante, et agressive

Ca, je l’ai travaillé physiquement. Au début je ne faisais pas de réveil musculaire, mais à l’INSEP j’ai fait des réveils musculaires même pour l’entrainement : tout ce qui est en amont de la compétition, je l’ai incorporé à l'entraînement

J’arrivais plus tôt que les autres, pour m’échauffer, courir dans le bois qui est en bordure de l’INSEP, faire des étirements, .. Et donc quand on commençait l’échauffement à l'entraînement, j'étais déjà sur le spécifique.

Je faisais ensuite la majorité de mes combats sur une surface de combat comme pour les compétitions. Et avec l'entraîneur nous avions identifié que le 1er combat de la journée que je devais faire, même à l'entraînement, devait être un combat fort. Je fais 1m65, donc soit je prenais une fille plus grande que moi, soit une fille d’une catégorie supérieure à la mienne, voire même un garçon. Et donc le premier combat de la journée ou de l'entraînement devait être un judoka ou une judoka qui me pose problème, de façon à ce que je me mette déjà en mode compétition.

Gévrise émane palmarès victoire
© LUKYANOV-9338

Cette mise en condition très intense vous a permis de développer des capacités de façon plus pérenne, plus durable ?

Oui, plus je le faisais à l'entraînement, mieux je pouvais le faire à la compétition.

Alors bien sûr il ne faut pas le faire tout le temps, car c’est épuisant mentalement, en tenant compte également des consignes que j’avais parfois à appliquer qui peuvent être très précises pour développer ses capacités (chercher une adversaire droitière, appliquer tel schéma de combat,...). Parfois j’avais des consignes et parfois je n’en n’avais pas pour chercher mon propre chemin.

Tout ça mis bout à bout et répété le plus souvent possible, mais pas tout le temps, à l'entraînement, ça m'entraînait le mental pour qu’en compétition derrière ce soit plus facile, même si en compétition il y a également le stress et l’enjeu qui viennent se rajouter.

C’est comme la technique en fait, répéter des ippon seoi nage, répéter ses gammes, … on le fait parce qu’en compétition ce sera beaucoup plus facile car notre corps aura intégré cela.

De la même façon que je me rends physiquement opérationnelle et qu’à un moment donné mon corps a tout enregistré, et je peux sortir l’attaque, c’est la même chose mentalement, il faut que mon mental ait enregistré des gammes.

Tout cela représente un conditionnement important, comment faites-vous pour ressortir de l’état de combat ?

En judo les combats s'enchaînent sur une seule journée, parfois avec seulement quelques dizaines de minutes entre les combats (le minimum est de 10 mn).

Entre les combats j’arrivais à switcher rapidement : je pense déjà au combat d’après, mais je redescends l’agressivité car c’est la période de récupération.

Pour moi la méthode miracle est de dormir, je faisais des micro siestes. 15 mn avant le prochain combat, je me remettais en action. J’utilise beaucoup la musique pour cela, ça m’aide, je change de musique et alors je change de rythme. Pour être agressive j’ai besoin d’être mobile. 

J’ai aussi beaucoup utilisé des mots clés que je me répétais ou que mon entraîneur me rappelait, des termes comme “bouge”, “agressive”, “mobile” .. . pour que ça puisse créer un tilt, et ré-ouvre une phase dynamique, très combative.

Après les compétitions, cela dépendait si j’étais sur le podium ou pas ! Car alors entre les interviews et tout ce qui suit, la phase d’excitation peut durer très longtemps. Et tout à coup ça s'arrête. C’est comme une petite mort en direct. Alors encore une fois la clé pour moi était le repos, une bonne petite sieste pour faire retomber l’excitation. Et puis me reconnecter à la réalité, à mes proches, mes parents, ma famille. On est parfois très déconnecté quand on est sportif de haut niveau, revenir à soi et aux siens est très important.

Faire la fête aide aussi 😉

Gévrise Émane, bien s'entourer pour performer

Quelle représentation avez-vous de votre adversaire ?

J’ai toujours eu un grand respect de l’adversaire. Je la considère comme une personne humaine, et je me la représente en fonction de ses qualités plus que de ses défauts, de ses points forts qui peuvent me mettre en difficulté. C’est un jeu d'échecs, je dois l’amener là où je suis forte et là où je vais la cueillir.

Certains sportifs diabolisent leurs adversaires pour se mettre en état d’agressivité, ce n’est pas mon cas. Je me concentre sur ce qui est technique et tactique.

Ma motivation a toujours été l’envie de progresser, de gagner. C’est bien de gagner, c’est valorisant 🙂 Mais en fait en combat je ne me focalisais pas sur la finalité, je me focalisais sur le comment : comment je fais pour gagner ? Cela m’a toujours beaucoup aidé dans ma manière de voir les choses.

 Un combat on le perd ou on le gagne, c’est comme dans le business, on perd ou on gagne souvent. Que ressentez-vous après un combat perdu, et quels sont vos conseils pratiques pour vous remobiliser ?

Après un combat ou une compétition perdue, je suis dépitée. La déception est aussi grande que la compétition est à enjeu. C’est difficile, et je pense que dans un premier temps il faut se recentrer sur soi, se recentrer sur soi et s’aimer. Il faut s’aimer. C’est la première chose à faire.

La deuxième chose c’est analyser : pourquoi je n’ai pas réussi à conclure ce deal, pourquoi cette réunion avec tel gros client ne s’est pas passée comme je l’aurais souhaitée.

Analyser, c’est bien sûr analyser la séquence à l’instant t, ce qui s’est passé. Mais c’est aussi analyser ce qui s’est passé avant : qu’est ce que j’ai fait avant, le jour d’avant, la semaine d’avant, les 15 jours d’avant. Il y a peut-être des éléments là à récupérer et qui pourront ou non servir, mais ce travail d’analyse sur des éléments complets est important. 

Il faut toujours identifier ce qui a été fait de positif, et ce qui a été fait de négatif - mais pas que le négatif car c’est le plus compliqué. Donc le plus, et le moins.

Regarder si le plus est au taquet ou s’il peut être amélioré, ou en tous les cas comment faire pour le conserver. C’est ce qui fait la force de l’entrepreneur et de l’entreprise, c’est à réalimenter au quotidien.

Quand on analyse pourquoi ça ne s’est pas bien passé, on va chercher comment améliorer, se questionner sur comment en tant qu’entrepreneur je peux améliorer mes points négatifs, ou à qui je peux faire appel pour améliorer mes points négatifs. Car en tant qu’entrepreneur je n’ai pas toujours la solution, je n’ai pas la science infuse, je suis un être humain ! Mais je peux toujours aller chercher, faire appel à quelqu’un pour répondre à cet enjeu là, le décrypter, et m’améliorer.

Et puis il y a des points négatifs qu’on ne peut pas améliorer, et c’est comme ça. Il y a des choses qu’on ne peut pas améliorer, et dans ce cas il faut pouvoir l’accepter.

Par exemple je le sais sur certaines techniques, je sais que je ne ferai jamais un Uchi-Mata à la Abe , c’est comme ça, je l'accepte. Par contre je peux faire Uchi-Mata, mais je le ferai version Gévrise Emane. 

Et ça je pense que c’est important de l’intégrer et de le comprendre, car il y a des choses  que l’individu est capable de faire, mais peut-être pas à la hauteur d’un Steve Jobs ou d’une Oprah Winfrey. Il va pouvoir le faire, à son niveau et avec ses propres qualités, et si ça se trouve ça suffira. Mais par contre il faudra alors mettre l’accent sur ce que je sais faire et que je sais très bien faire, et identifier si je peux les remonter d’1 point, de 2, ou de 3.

Gévrise Emane championne
© IJF RF_Gevrise Emane

Y a-t-il des personnes clés qui ont accompagné tout ce chemin ?

Oui bien sûr, et tout d’abord Monsieur Bicheux mon professeur d’EPS qui m’a fait découvrir le judo, puis Christian Chaumont mon entraîneur de club à Levallois, qui a été mon unique club haut niveau.

Yves Delvingt, entraîneur emblématique, m’a beaucoup impacté par sa rigueur à mon arrivée à l’INSEP  

Cathy Fleury, qui m’a entraînée à l’INSEP de 2005 jusqu’en 2008, puis toute la fin de ma carrière, m’a appris beaucoup de choses, et notamment sur ces aspects-là de combativité, de quelle athlète je voulais être, ça a été énormissime. Martine Dupont qui m’a entraînée en deuxième partie de carrière quand j’ai changé de catégorie a été très importante pour moi aussi, et Magali Baton, ma préparatrice mentale.

Tous, ils m’ont permis d’avoir des déclics, d’être vraiment dans la réflexion de ce qu’est un sportif de Haut Niveau, et de ce que ça voulait dire pour moi.

Et bien sûr mes collègues, les sportifs avec lesquels je me suis entraînée ou avec lesquels j’ai partagé les grandes compétitions, et avec qui j’ai vécu des moments extrêmement forts.

Vous avez pris part au programme ​​Bien Manger, C'est Bien Joué !  lancé en 2005 par la Fondation du Sport. pour apprendre aux jeunes sportifs les bases d'une alimentation adaptée à l'effort physique. Quelle est l’incidence de l’alimentation sur ses capacités physiques et cognitives ?

C’est hyper important - que ce soit dans un sport de combat ou pas. C’est une composante de la logique interne du sport et peu importe le sport en fait, parce que ça peut avoir des conséquences sur le physique et le mental.

De quoi mon corps a-t-il besoin pour avancer ? Quelle énergie m’est nécessaire pour être opérationnelle ? Et ça je pense que pour un entrepreneur ou un sportif de haut niveau c’est la même chose. Est ce que je suis plus efficace si je mange 100g ou 200g de pâtes ? Effectivement je pense qu’il faut l’expérimenter, mais aussi ensuite il faut avoir un expert qui vous accompagne, car sinon c’est impossible.

Cela permet de connaître les apports de chaque aliment en termes de nutrition, et connaître son corps. 

Il n’y a pas de régime alimentaire standard duplicable. Il y a des règles de base à connaître, mais si on veut vraiment être dans la performance après c’est individuel. Nous n’avons pas le même corps, nous ne brûlons pas de la même façon les graisses, nous n’avons pas la même activité. 

Moi je pars du principe que chaque sportif de haut niveau doit voir un.e diététicienne ou nutritionniste au moins une fois dans sa carrière, c’est obligatoire, et ensuite revoir cette personne de temps en temps si nécessaire, ou composer soi-même à partir de là, c’est très possible. Et je pense que pour un entrepreneur c’est la même chose. Car être en capacité de bien s’alimenter aura des bienfaits non seulement sur le mental mais aussi sur le physique.

La nutrition accompagne un bon état physique, et quand on est bien physiquement le reste suit. Je serai plus apte à être vive sur des réflexions à apporter, je serai plus apte à mener de front des activités de réflexion stratégique, un entretien difficile ou une présentation à enjeu.

Je pense qu’il faut vraiment faire appel à l’extérieur pour pouvoir être bien au niveau nutrition, et que c’est hyper important.

Quel mot de la fin avez-vous envie de dire aux personnes qui nous lisent, et qui évoluent dans des environnements extrêmement compétitifs ?

J’ai envie de leur dire de se faire confiance, c’est essentiel d’avoir confiance en soi, confiance en ses équipes, et ça se construit au quotidien

La confiance, c’est la base. Quand on n’est pas en confiance, on a peur, peur de se tromper, on arrive à taton, on est sur le recul, et on se fait massacrer. Et au judo on le sent, ça peut faire mal physiquement et moralement 🙂

Et enfin de mettre en place les stratégies de transformation nécessaires pour que les équipes soient plus performantes au niveau collectif pour atteindre les objectifs souhaités.

Il faut dans ces stratégies, poser son organisation en valorisant les qualités de chacun. Cela nourrit et développe également la confiance en soi. Les équipes seront ensuite plus à même de se donner à 100%.

Palmarès et engagement de Gévrise Émane

Gévrise Emane judo
© Stephane Nomis
  • Médaillée Olympique Londres 2012
  • Triple championne du monde : 
    • Astana 2015
    • Paris 2011
    • Rio de Janeiro 2007
  • Quintuple championne d’Europe
    • Kazan 2016
    • Chelyabinsk 2012
    • Istanbul 2011
    • Belgrade 2007
    • Tempere 2006

Missions actuelles :

  • Chargée du projet de vie des athlètes à l’INSEP
  • Vice-présidente de la FFJudo chargée de l’international et de Paris 2024
  • Ambassadrice sport
  • Consultante TV / Radio
  • Marraine de l’association « Les Enfants du Jardin »

Restons en contact

Inscrivez-vous à notre newsletter Leading pour recevoir mensuellement de l'énergie pour le corps et l’esprit, et un voyage prospectif, à consommer à votre rythme.
crosspointer-right