Énergie et écologie personnelle

©Festival rock à Venise Beach en Californie – Dennis Stock (1968)

L'énergie est la capacité de transformation du monde. Comment se décline-t-elle, et qu'est-ce que l'énergie au niveau personnel ?

Aujourd’hui [Automne 2022] on parle de crise de l'énergie dans tous les médias. Mais, on se limite finalement à une seule dimension de l'énergie : celle qui nous permet sur un territoire donné de produire, se déplacer, nous chauffer … 

L'énergie, c’est aussi ce qui nous permet de se mouvoir, d'interagir, de trouver la force mentale de mener nos actions quotidiennes et projets long terme. Au niveau collectif, l'énergie du groupe rassemble et favorise l'émergence de solutions. 

Découvrez dans cet article une mise en perspective et des approfondissements sur le sujet de l'énergie. L’objectif ? Vous donner de la nourriture, pour l’action, en accord avec votre écologie personnelle et celle du monde !

L’énergie est une question d’équilibre sur le territoire et d'écologie globale

La crise de l’énergie dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui est inédite. Les prix spots européens du marché de l’électricité pour l’hiver prochain ont atteint cette année les 4000 € / MWh, alors que le prix de base nucléaire de l’électricité en France est de 42 € / MWh depuis 2012. Une alerte radicale si on se réfère aux fluctuations de prix observées sur les 3 précédents chocs pétroliers.

Le risque auquel nous nous retrouvons brutalement confrontés, est non seulement celui de l’accès à l’électricité de personnes plus démunies, ou la pérennité économique de certaines entreprises, c’est également un risque de black-out généralisé, si l’équilibre entre l’offre et la demande n’est pas maintenu à chaque instant.

À cela se superpose le risque climatique, qui souligne l’importance, non seulement de la quantité d’énergie que l’on utilise, mais également de la source utilisée, certaines sources ayant un impact global sur l’état de la planète démesurément plus toxique que d’autres (impact carbone de la production d’électricité, émission de gaz à effet de serre par activité).

On commence à réaliser très concrètement que l’énergie est fondamentale, et que quand on touche à l’énergie, on touche à tout le territoire : à la vie quotidienne dans les bâtiments (chauffage, ventilation, eau chaude,…), à l’alimentation (chaîne du froid, fours, blocs de traites, serres, …), à la communication et à l’information (transport, serveurs, réseaux, ...), à l’industrie (chimie, métallurgie, papier, chaînes de production,...)...

L’énergie est un bien précieux, potentiellement très cher, et toutes les sources d’énergie ne se valent pas car certaines épuisent nos ressources ou empoisonnent notre espace de vie.

Il en est de même pour nous, d'un point de vue personnel

L'énergie, étymologiquement, est une force en action. La mise en œuvre d'une action nécessite de maintenir une certaine force, intellectuelle, mentale, physique, pendant une durée suffisante, pour vaincre les inerties et résistances qui s'opposent à ce changement. L'énergie (électrique - système nerveux, chimique - système endocrinien et métabolisme, mécanique - musculaire) qui aura été nécessaire pour accomplir finalement l'action envisagée, rend compte à la fois de la force et de la durée pendant laquelle elle aura été exercée.

L’énergie individuelle est cette même entité très concrète en physique dont on parle au niveau humain, qu’elle se mesure en Joules (J), en calories (kcal), en électron-volt (eV)... 

Par exemple, quand vous courrez 10 km en jogging, vous allez peut-être consommer 700 kcal. Quand vous le faites en vélo, ce sera plutôt 300 kcal qui seront indiqués dans votre application préférée, car le support mécanique sera une aide pour transformer vos efforts physiques en déplacement. 

L’énergie est la mesure de la capacité de transformation du monde

En physique, la puissance est la quantité d'énergie par unité de temps fournie par un système à un autre. D’un point de vue individuel, notre puissance permet de fournir plus de travail dans un temps donné, ou de présenter plus de résistance à une force donnée. C'est la capacité à agir et interagir, à être dans le Flow, plongé dans une activité dans un état maximal de concentration, de plein engagement et de satisfaction dans son accomplissement. 

A chaque instant, dans notre organisme, il y a transformation. Entre ce que nous ingérons (alimentation, chaleur, air, interactions,..), la façon dont nous le métabolisons, et ce que nous diffusons (nos paroles, nos mouvements, nos réactions, la chaleur que nous dégageons..), il peut y avoir déséquilibre (avec à terme fatigue, blessures, burn-outs...), intoxication selon la source utilisée, ou équilibre. 

Une information que l’on reçoit passe par nos 5 sens. Nos systèmes nerveux central, nerveux autonome, et endocrinien vont se mettre en action simultanément, pour la traiter, et réaliser tout un ensemble de mécanismes bio-chimiques permettant au corps et à l’esprit de répondre à ce stimulus. 

Le système limbique du cerveau (le système émotionnel) va agir sur les autoroutes de l’information qui vont dans le cerveau. Ainsi, les émotions vont influer sur l'activité de zones du cerveau qui gèrent notre attention, motivent notre comportement, et déterminent la signification de ce qui se passe autour de nous. Elles créent un mode particulier d'efficacité des processus cognitifs.

“Lorsque les signaux relatifs à l’état du corps sont de nature négative, la production des images mentales est ralentie, leur diversité est moindre, et le raisonnement est inefficace ; lorsque les signaux émanant du corps sont de nature positive, la production des images mentales est vive, leur diversité est grande, et le raisonnement peut être rapide, quoique pas nécessairement efficace.”

Donc d’un point de vue physiologique, l'information va être transmise aux systèmes corporels, qui vont ensemble s’autoréguler, en produisant et consommant de l’énergie, de façon modérée ou activée par notre niveau émotionnel. 

Ce mécanisme d’homéostasie de l’organisme est naturellement énergivore, dans le sens où il consomme de l’énergie jusqu’à avoir retrouvé un nouvel état d’équilibre.

La régulation naturelle de l’organisme peut elle-même être influencée par la volonté, des exercices appropriés, et donne ainsi à l’organisme une capacité d’adaptation phénoménale, pour toutes les difficultés de la vie quotidienne (enjeux majeurs, situations sociales complexes, agressions, incompréhensions, maladies,...).

Coaching génératif : les éléments clés pour cultiver l’énergie

Comprendre et maîtriser ses émotions sera un des éléments majeurs pour préserver son énergie, avoir la capacité de s’adapter à son environnement, et développer des relations interpersonnelles permettant de préserver ses ressources. 

Etre au clair avec ses objectifs : quand on se fixe un objectif, on se conditionne. On prépare notre cerveau et notre corps à aller dans le même sens. Cette intention, cette envie, cet alignement sont essentiels dans la gestion de l’énergie et de l’efficacité, en évitant la perte d’énergie liée aux conflits intérieurs. Derrière, il y a le sens, qui va justifier les efforts que l'on concède à réaliser. 

S'entraîner, par l’expérience, la pratique, et en utilisant des outils adaptés tels que des routines de performance, de focalisation attentionnelle, de concentration et reconcentration permettra d’atteindre un état physique et mental optimal pour la mission à accomplir, même en cas de perturbation émotionnelle ou de stress élevé. 

Développer la perception de ses états internes, et se recentrer sur le moment présent. Le présent est le seul instant sur lequel on ait concrètement un impact (le passé étant passé, et le futur pas encore arrivé). Développer son écoute de soi et la reconnaissance de nos états du corps permet dans la durée de reconnaître et accueillir les émotions et perturbations auxquelles nous sommes soumis, et d’apprendre à faire avec son état d’énergie du moment. Le body-scan, les exercices de visualisation, la respiration et la cohérence cardiaque, la méditation pleine conscience sont des outils fréquemment utilisés dans ces objectifs.

Il y a plus de sagesse dans le corps humain que dans n’importe quelle philosophie.

Nietzsche 

Ecologie personnelle : se ressourcer est essentiel

L’énergie étant une question de flux et de stock, et n’étant pas auto-produite, nos ressources se régénèrent de périodes de récupération. Au cœur des programmes des athlètes, et trop souvent négligé dans les environnements business, le ressourcement sera notre capacité de (re)constituer un stock, dans lequel nous pourrons puiser en cas de pic d’activité. 

Le sommeil est la première source de récupération passive. Il permet la réduction du métabolisme, la baisse de la température du corps, et à travers ses différents cycles, impacte la concentration, la capacité d’apprentissage, de mémorisation ou d’orientation…

D’autres sources de récupération constituent des formes de récupération active.

Après un temps cognitif pur, on a besoin de laisser le cerveau en jachère et de laisser le corps agir. Ces activités régénérantes seront à puiser dans celles qui sont pour vous des motivations primaires, intrinsèques, résilientes à l’échec, dans lesquelles vous êtes dans le plaisir simple de faire.

Selon les personnalités, elles pourront être des activités physiques, artistiques (chant, dessin, musique,...), des moments de convivialité ou de service ( servir un repas aux restos du coeur…), une immersion dans la nature, un temps de création, de lecture, de recueillement...

Il est intéressant de savoir que ces activités, qui sont pour vous ressourçantes, sont utiles à votre performance en entreprise. On peut ainsi non seulement s’autoriser à les faire, mais même se dire que ce serait de la négligence de ne pas les positionner dans votre emploi du temps si vous avez un objectif de performance élevé dans la durée, cette impulsion étant bien entendu également valable pour vos collaborateurs 🙂

Les temps de repos et de déconnection dépendent intrinsèquement de chacun. On peut avoir des temps courts de récupération active qui régénèrent en profondeur.

Quand on a une impérieuse nécessité d'utiliser le temps au mieux, il faut pouvoir alterner des temps de désactivation et de réactivation très rapides.

Et cela passe aussi par la maîtrise de la respiration. L’oxygène apporté par la respiration est un comburant pour les nutriments qui permet d’alimenter en énergie la plupart des réactions biologiques, et ainsi sortir l’énergie métabolique de l’alimentation. Une respiration plus lente et plus profonde augmentera notre niveau d’énergie.

L'équilibre s’incarnera dans un état d'alignement dans lequel notre mode de fonctionnement global est optimisé, et présente une forme de stabilité directement liée à l'homéostasie du corps et de l'esprit. Maîtriser son équilibre induit donc une bonne compréhension de ses modes de fonctionnement neurobiologiques, de ses besoins et ce qui nous motive, de l'impact de ses interactions avec les autres, et des émotions en tant qu’activateurs ou inhibiteurs de nos processus cognitifs. 

L’énergie collective émane des énergies individuelles

Au niveau collectif les mêmes mécanismes s’appliquent. L’énergie est ce qui permet de faire avancer notre entreprise, nos projets, de chercher, d’inventer. L’alignement se construit autour des valeurs, sur un projet commun - c’est la cohésion. La fameuse cohésion soulignée comme essentielle par un leader inspirateur, JM Jancovici dans Le monde sans fin (p. 131) pour répondre aux enjeux du climat. L'objectif justifie les efforts que chacun est prêt à consentir. 

L’organisation même de l’entreprise permettra une bonne gestion de l’énergie 

  • un lieu sécurisant où les émotions sont comprises, accueillies et maîtrisées, et facilitent la clarté des différentes formes de communication,
  • des objectifs clairs et porteurs de sens,
  • un environnement physique facilitant la meilleure mise en condition des collaborateurs,
  • une gestion du temps, des sollicitations, des impératifs de réactivité, ajustée au niveau d’exigence et de concentration requis, 
  • un accompagnement (coaching, entraînements, partages d’expérience et ouverture au monde...) adapté pour progresser
  • la compréhension des temps et des formes de récupération, de régénération, utiles et nécessaires.

L’énergie est un sujet passionnant, un sujet essentiel, un sujet vital à tous les niveaux, individuel, collectif, global. Notre rapport à la nature commence par nous-même et se diffuse par cercles concentriques, d’une écologie personnelle à une écologie globale. 

Nous avons individuellement et collectivement une capacité à transformer, à transformer la façon dont nous avons consommé nos ressources au cours du siècle dernier, à les régénérer, car un choc de conscience peut conduire à l'émergence de nouveaux comportements.

L'émergence est un concept intéressant en physique. Il représente le fait que le tout peut être plus que la somme de ses parties.

Par exemple, une molécule d'eau peut avoir certaines propriétés, mais aucune d'entre elles ne peut prédire la tension de surface qui se créera à la surface d'un lac ou d'un verre d'eau, et qui permettra à un moustique de s'y poser. La tension de surface est une propriété émergente de l'eau.

La propriété de l'ensemble ne peut pas être définie à partir de la propriété de chaque partie. Il y a une sorte de résonance qui crée quelque chose de plus. Au sein d’un écosystème vivant et apprenant, c’est toute la puissance créatrice d’une entité collective qui s'exprime alors.

Il n’est rien au monde d’aussi puissant qu’une idée dont l’heure est venue.

Victor Hugo

Avec cette compréhension croissante de ce que nous sommes, de la façon dont nous pouvons agir sur nous-mêmes et sur nos organisations, nous pouvons laisser émerger ensemble, avec énergie, des transformations qui respectent et accompagnent le vivant dans toutes ses manifestations.

Thérèse Lemarchand, CEO Mainpaces,

Novembre 2022

Sources et références

Restons en contact

Inscrivez-vous à notre newsletter Leading pour recevoir mensuellement de l'énergie pour le corps et l’esprit, et un voyage prospectif, à consommer à votre rythme.
crosspointer-right